Architecture

Un souffle d'Italie à Viège

Un souffle d'Italie à Viège

On trouve au cœur même de la ville de Viège un souffle d’« Italianità », apporté à l’époque par les architectes de l’Italie toute proche.
En accord avec cette tradition, ce sont en 1986 les architectes tessinois Keller et Cabrini qui ont remporté le concours pour la réalisation du nouveau théâtre. La parfaite intégration de leur projet dans le tissu de la ville a été un élément particulièrement apprécié : l’édifice s’inscrit dans le prolongement de la place du commerce en direction de l’est, et abrite un passage direct en direction de la Napoleonstrasse.

La couleur fondamentale du théâtre, le vert, reprend la tonalité des plaques de quartzite qui composent la façade. Ces plaques, qui servent usuellement à couvrir les toits, ont été extraites à Kalpetran, dans la vallée toute proche ; épaisses de 8 cm, elles constituent la coque du bâtiment, de la proue à la poupe. Le reste de l’édifice est alternativement rouge, couleur complémentaire, ou a été gardé en noir, en gris, en anthracite ou en blanc.
Le motif en triangle qui se prolonge revient à de nombreuses reprises, et se retrouve aussi bien sur la fontaine extérieure que sur la façade, ainsi que sur les panneaux d’information à l’intérieur du bâtiment.

L’ondulation de la façade est reprise dans la partie intérieure du toit et du mur nord. La salle de théâtre est sans conteste la plus belle pièce de l’édifice. Le contraste abrupt entre le béton apparent et les encorbellements de bois a été particulièrement réussi. Les spectateurs se trouvent sur une place à l’italienne, entourée de façades et de balcons (loges), à l’arrière desquels les couloirs forment autant de rues.

La salle s’inspire d’une église italienne dont le toit s’est écroulé. Les mouvements de son plafond de bois évoquent les courbes et les contours des nuages.
Les éléments en bois et en béton sont tous conçus à partir de la même mesure fondamentale (22 cm).